• TOP
  • 旅 Voyages

番組紹介 Présentation de l’émission

旅 Voyages

Le voyage à Kurashiki d’Herbert von Karajan,
l’empereur du monde musical...

Herbert von Karajan, l’empereur du monde musical…
Au cours de son existence, il aura donné plus de 3000 représentations et vendu plus de cent millions de disques.
Il était aussi réputé pour être un fervent admirateur du Japon.
Après sa première venue au Japon en 1954, il se rendra plus de 120 fois dans l’archipel afin de donner des représentations qui auront mobilisé au total plus de 300 000 personnes.
Il n’est pas exagéré de dire qu’il était et restera un maestro inégalé.

Il existe un lieu qui a su ravir le cœur de Karajan dès son premier séjour au Japon.
Il s’agit de Kurashiki, une ville située dans le département d’Okayama.
Quelles rencontres y a donc faites Karajan ?
Quels endroits ont su envoûter cet illustre personnage ?

En 1966, Karajan, accompagné de l’Orchestre philharmonique de Berlin, donna pendant 3 semaines une série de 18 représentations à travers tout le Japon.
C’est le 24 avril, au milieu de cette tournée, qu’il se produisit ici, à Kurashiki dans le département d’Okayama.

Voici l’hôtel où il descendit alors : le Kurashiki International Hotel, ouvert en 1963.

M. Ohara Soichiro était un homme d’affaires qui avait à cœur de promouvoir la ville de Kurashiki.
C’est pour pouvoir accueillir des hôtes de marque dans les meilleures conditions possible, qu’il avait décidé d’ouvrir cet hôtel.

Ce qui a tout d’abord attiré l’attention des époux Karajan, ce sont ces immenses gravures qui couvrent tout un pan du hall d’entrée.

L’auteur de cette œuvre est le célèbre Munakata Shiko, un grand maître de la gravure du Japon.
Elle s’intitule "Barrières & terres du Monde - Offrande des Hommes aux Dieux".
On dit que son auteur a voulu représenter dans cette œuvre, véritable hymne des dieux à l’art, des corps nus vibrant au rythme de la Neuvième symphonie de Beethoven.

Esthète confirmé, M. Ohara Soichiro entretenait des liens cordiaux avec Karajan et s’était arrangé pour qu’il puisse se produire à Okayama.
Pendant que Karajan se rendait dans la ville d’Okayama pour sa représentation, son épouse restait à Kurashiki.
Guidée par Ohara Soichiro, elle partait à la découverte de cette ville ravissante.

C’est d’ailleurs ce même Ohara Soichiro qui a proposé de faire des vieux quartiers de Kurashiki une zone à l’urbanisme protégé.
C’est à l’occasion de ses études en Europe, en découvrant de vieux bâtiments encore utilisés et dont l’harmonie avait été conservée, qu’il ressentit une profonde émotion et eut cette idée.
Il est vrai que les bâtiments traditionnels japonais et les bâtiments de style occidental plus modernes se marient fort bien.
Lorsque Karajan revint à Kurashiki, une fois sa représentation à Okayama terminée, la nuit était déjà tombée.
À son retour, à 21h30, Karajan fut accueilli de charmante façon.

En effet, il fut invité, ici même, au Yurinso, avec son épouse.
Cet endroit n’est d’ordinaire ouvert au public qu’au printemps et en automne, mais nous avons reçu l’autorisation exceptionnelle de filmer l’intérieur.

Ohara Magosaburo, le père de Ohara Soichiro, fut l’homme qui lança l’industrie textile à Kurashiki.
Il bâtit un véritable empire et en fit l’industrie dominante de la région.
C’est également lui qui fit édifier ce bâtiment en 1928, afin d’offrir à sa femme affaiblie par la maladie une résidence secondaire.

Seuls les meilleurs matériaux ont été utilisés pour bâtir cette demeure, qui est un véritable mélange de style occidental, japonais et chinois.
Ces tuiles au reflet vert singulier lui ont valu son surnom de “Palais vert“.
Le Palais vert accueillit même l’empereur Hirohito peu après la guerre, confortant son rôle de résidence d’hôtes de marque.
Un Palais vert qui, peu après la guerre, a même accueilli l’empereur Hirohito, confortant son rôle de résidence pour hôtes de marque.

La pièce n’est pas d’architecture occidentale. C’est dans cette salle de style japonais que fut installée une table sur laquelle on servit un dîner en l’honneur des époux Karajan.

Pour l’occasion, un chef de l’hôtel international de Kurashiki vint spécialement officier en cuisine.

Mais ce n’est pas tout.
M. Ohara Soichiro avait préparé une autre surprise pour M. Karajan.
M. Karajan, chef d’orchestre de renommée mondiale, se rendit à Kurashiki lors de sa tournée au Japon.
La ville lui réserva un accueil d’exception, avec la visite d’un endroit bien particulier.
Voici l’imposant musée d'art Ohara, situé au détour du quartier composé de bâtiments aux murs blancs.
Ohara Magosaburo, le père d’Ohara Soichiro, est à l’origine de ce musée, construit en 1930. Le musée Ohara fut le premier à exposer des œuvres d’art occidentales au Japon.
C’est M. Ohara Soichiro lui-même qui a servi de guide aux époux Karajan, tard dans la nuit, bien après la fermeture du musée.

À propos, pourquoi ce musée, bâti dans cette petite ville de Kurashiki, expose-t-il depuis plus de 80 ans les précieuses toiles de grands peintres tels Monet, Renoir et Gauguin ?

Kojima Torajiro, auteur d’œuvres d’inspiration occidentale, était l’ami d’Ohara Magosaburo.
M. Kojima avait l’occasion de négocier directement avec les artistes, en Europe.
Il a ainsi acquis de nombreuses toiles qui ont enrichi ce musée.

Des toiles de renom, permettant d’entrer en communion avec le cœur des Japonais…
La ville de Kurashiki elle-même, et son admirable harmonie entre le Japon et l’Occident…
Voilà donc ce qui a ravi le cœur de Karajan…

Licence accordée par l'Institut Eliette & Herbert von Karajan.
Karajan® et Herbert von Karajan® sont des marques commerciales
et des marques déposées appartenant à Karajan.

Under licence from the Eliette and Herbert von Karajan Institute
Karajan® and Herbert von Karajan® are registered trademarks
and trademarks of the Karajan Estate.

アーカイブ

page top